Rencontre - Benjamin et Hadrien - PART 2

par L'Oeil de S  -  18 Mars 2017, 19:22  -  #Interview, #Rencontres, #Comedie, #Paris, #Artistes

 

Il y a une semaine, l'Oeil de S partageait avec vous la première partie de sa rencontre avec le duo "Benjamin et Hadrien" actuellement à l'affiche de leur spectacle "Issue de Secours". 

 

Il est temps de découvrir la suite et la fin de cette interview... 

Interview suite

 

Vous prenez beaucoup de plaisir à jouer ensemble, cela se ressent. Vous arrive-t-il d’improviser face à une réaction spécifique du public ou bien même de l’un d’entre vous durant la représentation?

 

B.I & H.B en chœurs : Oui ! Clairement !

 

H.B : Et nous prenons d’ailleurs de plus en plus de liberté parce que nous apprécions jouer de ça, dans la mesure du raisonnable bien évidemment. Nous n’allons pas dénaturer le spectacle pour autant !

 

B.I : Par exemple, une fois, Hadrien dit dans le spectacle « Tu n’as aucun respect » et au moment du mot « respect », il m’a craché un énorme postillon au niveau du front. Je lui ai rétorqué « Ba non, c’est ça le manque de respect ! ».

 

Avez-vous un rituel avant de monter sur scène ?

 

B.I : Oui, nous nous tapons le dos… Fort !

 

H.B : Les trois premières petites claques, elles sont cools mais nous continuons jusqu’au moment où l’un d’entre nous regarde l’autre en mode « T’es sérieux ? » (rires).

 

B.I : En fait, nous nous motivons de plus en plus comme ça.

 

H.B : Après, nous n'avons pas de rituel commun à proprement parler. Que ce soit Benjamin ou moi, nous avons tous les deux notre façon à nous de nous préparer à entrer en scène. Mais il y a tout de même une petite chose que nous faisons systématiquement : le Ping Pong verbal ! Je m’explique ! Nous avons tout à la fin de notre spectacle une séquence techniquement assez complexe, j'en dis pas plus de peur de spoiler. Avant d’entrer en scène, nous nous envoyons cette séquence le plus rapidement possible car cela nous permets 1): de travailler l'articulation 2): de travailler notre écoute 3): de nous dynamiser une ultime fois avant de monter en scène.

 

Vous avez été les maîtres de cérémonie des P’tits Molières de cette année. Comment avez-vous vécu cette expérience ?

 

B.I : Honnêtement, juste avant, c’était horrible ! Nous avions eu deux semaines pour préparer cette cérémonie parce que les personnes initialement programmées, ont plantés les organisateurs à la dernière minute. Nous avons donc dû remplacer au pied levé mais c’était vraiment kiffant ! Nous étions contents de le faire mais cela nous a mis une pression de ouf par rapport au court délai que nous avions pour préparer cette cérémonie ! Et puis, cette cérémonie se déroule face à un public composé uniquement de professionnels tels que des directeurs de salle, des producteurs, des attachés de presse, des agents… C’est donc quelque chose d’assez éprouvant.

 

H.B : C’est un des pires publics que tu puisses avoir. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une salle de 450 personnes et il n’y avait QUE les professionnels décrits par Benjamin, uniquement ça !

 

B.I :Et pour le coup, juste avant, vulgairement « on se chiait dessus » !

 

H.B : Ooooooooooh, c’est très vulgairement là ! (rires)

 

B.I : Moins vulgairement alors : je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie !

 

H.B : De toutes les scènes que nous avons fait, c’est celle où nous avons eu le plus peur mais en même temps c’est une où nous nous sommes les plus éclatés également ! Moi, j’aime bien et je pense que c’est aussi le cas de Benjamin, travaillé dans l’urgence car c’est à ce moment-là que tu es le plus légitime à monter sur scène. Tu as très peur, évidemment, mais tu as quand même cette pression en moins où tu te dis que pendant deux semaines tu as bossé à fond, que tu feras de ton mieux et, qu’à partir de là, ton juge personnel ne pourra pas t’en vouloir.

 

B.I : Au-delà de ça, cette expérience nous a apporté énormément de choses ! Nous sommes entrés sur scène en nous disant « Voilà, nous avons écrit des choses, on y va à fond, s’ils adhèrent à notre humour tant mieux, s’ils n’aiment pas, et bien nous, nous serons allé à fond dans nos conneries ». Au final, cela a été un gros carton donc au top. Ah oui l’après-midi, nous nous sommes embrouillés aussi (rires).

 

H.B : On s’embrouille souvent avec Benj !

 

B.I : Oui enfin pour des conneries ! Dans ce cas-là, j’avais oublié la machine à fumer ! Quand nous sommes arrivés au théâtre, le régisseur nous a dit « je vais aller vérifier s’il y a bien une machine à fumer ». Il était en train de nettoyer la scène et il nous a fait attendre un bon quart d’heure d’avoir fini son nettoyage avant d’aller vérifier.

 

H.B : Tu sais c’est comme quand tu nettoies un sol qui est vraiment sale : tu vois la première ligne qui a été faite, puis la deuxième, puis la troisième, …Sauf que toi, à chaque ligne, tu as de plus en plus de stress qui s’ajoute !

 

B.I : Et donc nous avions envie de le tuer (rires) ! Mais au final tout s’est très bien passé et les gens étaient très contents à la sortie de la salle. Ils nous ont tous félicité !

 

Quels sont vos projets à venir ?

 

H.B : Tu veux les projets à venir ? Je vais te dire avant tout LE projet à venir. Le projet à venir c’est : Issue de secours, Issue de secours, Issue de secours fois mille ! Par contre, il y a un autre projet qui est « Benjamin et Hadrien » qui englobe Issue de Secours. Je parle de notre duo ! Après, chacun de notre côté, évidemment, nous avons nos aventures mais nous avons vraiment une vision à long terme pour Issue de Secours ainsi que pour « Benjamin et Hadrien » parce que nous savons que ce canevas-là, il est sain, est juste, est bon et il nous fait du bien. Nous sommes bien entourés, nous voulons le nourrir davantage et continuer à le faire grandir.

 

B.I : Moi, pour le coup, je prépare un autre duo avec un pote qui s’appelle Fabien qui s’appellera « Benjamin et Fabien » (éclats de rires des deux garçons) Non pas du tout ! (sourire) Ma priorité c’est Issue de Secours et « Benjamin et Hadrien » comme vient de le dire ce dernier. Après, de mon côté pour parler plus de moi, …

 

H.B : Pfff …

 

B.I : Tu pourras le faire après !

 

H.B : Non mais t’es égoïste ! (ironique)

 

B.I : Pas du tout, c’est que j’écris et je mets en scène donc j’ai envie que cela se développe de plus en plus. Dès que j’ai du temps pour écrire, je le fais car c’est vraiment ce que j’aime ! J’aime de plus en plus la caméra aussi donc développer Benjamin et Hadrien dans le cadre d’une web série, cela me plairait vraiment. Pourquoi pas aussi, tourner dans des séries moi personnellement parce que j’ai déjà fait quelques apparitions dans certaines séries à la TV et c’était vraiment une très belle expérience!

 

H.B : Personnellement moi j’ai fait un … (coupé par Benjamin)

 

B.I : Claquettes ! Il a fait des claquettes !

 

H.B : J’ai fait une intervention dans la série … (encore coupé par Benjamin)

 

B.I : Le Clown ! Il a fait le clown !

 

H.B : Dans la série Breaking Bad, ils ne m’ont pas gardé car je n’étais pas dispo, je devais partir au Touquet donc finalement c’est un autre gars, l’acteur qui a fait Malcom, qui a pris le rôle …

 

B.I : Ah merde …

 

H.B : Il a été bon apparemment … (rires) Plus sérieusement, moi ce que j’aime beaucoup c’est les planches ! J’adore les planches donc en parallèle, je suis sur une autre pièce qui est en tournée en France qui s’appelle « Je préfère qu’on reste ami » de Laurent Ruquier. Après, j’ai également une attirance pour la caméra donc outre le fait que nous allons effectivement développer « Benjamin et Hadrien » sur une chronique internet…

 

B.I (coupant Hadrien … encore) : Ah j’aime beaucoup la radio aussi ! Et j’aimerais bien qu’on fasse un truc à la radio avec Hadrien.

 

H.B : Il m’énerve quand il fait ça ! Tu me laisses parler oui ! …. Je disais donc que la télé cela m’attire beaucoup mais par contre … (interrompu encore par Benjamin)

 

B.I : Tu veux faire le décor penché d’Arthur ?

 

H.B (rires) : Commence pas à charrier … Cela dit j’aimerai bien le faire (rires). Bref, la télé j’aime bien mais elle propose des personnages qui sont un peu « faciles » mais le métier de comédien ce n’est pas juste allé dans la facilité… c’est tellement chouette et passionnant comme métier … Rien que d’en parler, j’ai envie de courir nu dans une grande prairie près du Tibet avec de l’herbe… Et sachez que j’assume entièrement ces dires car je suis en parfaite harmonie avec moi-même ! (rires) En tout cas Benjamin et Hadrien, nous sommes unis, nous sommes comme des « brothers » et nous avançons du mieux que nous le pouvons. Ah oui, nous avons aussi la chance d’être entouré d’une très très belle équipe !

 

B.I & H.B : Nous tenions d’ailleurs à remercier Georges Beller, Barbara Lambert, Pierre Boiteux, Charlotte Calmel, Leah Viveros, Nicolas D’Armagnac

 

H.B : Et personnellement j’aimerais dire merci aussi à Benjamin Isel

 

B.I: Oh c’est mignon! Est-ce que nous pouvons également remercier la mère d’Hadrien … (éclat de rires d’Hadrien) pour l’avoir mis au monde ?

 

La Question Rituelle de l'Oeil de S

 

Où vous voyez-vous dans un an tout pile, c'est-à-dire le 15 février 2018 à 20h16?

 

H.B : Je serais en train de me préparer à monter sur scène car nous jouerons à 20h30

 

B.I : Soit avec Hadrien pour faire ce qu’il a dit, soit à l’Alliant Riviera de Nice pour la prochaine ligue des Champions.

 

Portrait Chinois

 

Si tu étais une couleur :

B.I : Bleu

H.B : Bleu

 

Si tu étais un animal :

B.I : Chien … Non Aigle !

H.B : Singe

 

Si tu étais un réseau social :

B.I : Facebook

H.B : Une boulangerie !

 

Si tu étais un plat :

B.I : Une pizza 4 fromages supplément Chorizo

H.B : Des pâtes à la carbonara

 

Si tu étais une boisson :

B.I : Un verre de Saint-Emilion

H.B : Une Bière

 

Si tu étais une année :

B.I : 2009 car c’était ma meilleure saison d’animation

H.B : 1990, mon année de naissance

 

Si tu étais un film :

B.I : Seven

H.B : Le Roi et l’Oiseau

 

Si tu étais un personnage de Disney :

B.I : Scar

H.B : Kronk

 

Si tu étais une émotion, un sentiment :

B.I : Bonheur

H.B : Rire

 

Si tu étais une devise, citation :

B.I : Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuer !

H.B : On lâche rien !

 

L'Oeil de S tenait à remercier du fond du coeur ces deux jeunes hommes à l'avenir très prometteur ! Merci à eux pour leur gentillesse, leur générosité et leur simplicité ! L'Oeil de S a passé un excellent moment en leur compagnie et il leur souhaite une très belle route car ils le méritent énormément! 

------------------------------------------------------------------------

En attendant, vous pouvez retrouver les garçons les lundis au Théâtre du Marais à 20h

 

!!! SUCCÈS PROLONGATIONS !!!

 

Avril : les lundi à 20h30 et les samedis à 17h => 01/04, 03/04, 15/04, 17/04, 22/04, 29/04

Mai/juin : les vendredis à 21h30 et les dimanches à 19h => 05/05, 07/05 (relâche du 10 au 23 mai) jusqu'au 25/06. 

 

Retrouvez les également cet été au festival d'Avignon ! 

------------------------------------------------------------------------