👁 Critique Théâtre - L'Avare de Molière avec Michel Boujenah

par L'Oeil de S  -  9 Février 2022, 09:07  -  #L'AVARE, #Molière, #Michel Boujenah, #Théatre des Variétés, #Critique, #Paris, #Spectacle, #Théâtre

Si je vous dis Jean-Baptiste Poquelin, vous me dites ? Et oui, en 2022 nous célébrons Molière qui aurait fêté ses 400ans. Alors que la Comédie Française propose de janvier à juillet les plus grandes pièces du répertoire de Molière, au Théâtre des Variétés, c'est "L'Avare" mis en scène par Daniel Benoin qui reprend vie. Et pour jouer le rôle d'Harpagon, le metteur en scène a fait appel à l'acteur et humoriste Michel Boujenah : un pari inattendu direz-vous, peut-être, mais croyez moi, il pourrait vous surprendre ! 

 

Je vous révèle mes impressions sans tarder. 

Harpagon n'aime que son argent et soupçonne tout le monde de vouloir le lui voler. Pour marier ses deux enfants, il a fait le choix d'une riche veuve pour son fils Cléante et pour sa fille, Elise, du seigneur Anselme, un homme mûr, noble et fort riche. Harpagon est pressé de caser ses enfants pour épouser lui-même une jeune fille pauvre, Mariane, donc la beauté l'a charmé...

 

L'AVARE de Molière, vu par l'Oeil de S. 

 

Comme beaucoup, j'ai étudié "L'Avare" durant de ma scolarité et j'ai vu le film avec Louis de Funès mais jamais, aussi loin que je m'en souvienne, je ne l'avais vu joué sur scène. J'étais donc assez curieuse, gardant un bon souvenir du texte, de découvrir cette pièce et d'autant plus lorsque j'ai appris que Michel Boujenah tiendrait le rôle principal. 

 

La mise en scène de Daniel Benoin ne dénature en rien le texte mais lui donne une nouvelle dimension : plus moderne et dramatique avec des subtilités qui iront chercher nos rires là où on ne les attend pas. Je ne veux pas spoiler, mais la mise en scène de l'acte final est délicieusement ingénieuse. Seul petit bémol, quelques scènes sont jouées complètement aux extrémités à cour ou à jardin et dans un théâtre à l'italienne comme les Variétés, elles ne sont pas toujours à la portée de certains spectateurs. La scénographie est quant à elle divinement glaciale et somptueuse. Elle est complétée de temps à autre par des projections vidéos à la fois psychédéliques et judicieuses. 

 

Michel Boujenah est quant à lui bluffant dans le rôle d'Harpagon. Bouleversant d'humanité, il fait de son personnage bien plus qu'un simple avare : l'argent oui mais pour combler sa solitude et son mal être. Il rend Harpagon à la fois détestable et attachant en nous décrochant même un soupçon de compassion pour cet homme malheureux et complexe. Son interprétation magistrale et tout en sobriété m'a laissée sans voix. Toutefois, Michel Boujenah n'est pas seul sur scène et il est entouré d'une troupe dynamique et tout autant talentueuse. Nous découvrons ainsi Bruno Andrieux, Antonin Chalon, Paul Chariéras, Sophie Gourdin, Fabien Houssaye, Mathieu Metral, Julien Nacache, Mélissa Prat et Fanny Valette. Ils nous servent tous sans exception, un jeu d'une admirable justesse bourré de nuances surprenantes et brillantes : le bonheur. 

 

En Bref. 

 

2h15 qui file à une allure folle ! Nous re-découvrons avec joie cette pièce de Molière menée par des comédiens passionnés et de haute voltige. Croyez moi, vous ne serez "avare" ni en rire ni en applaudissements au vu de la qualité indéniable de ce spectacle. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un excellent moment en famille, entre amis ou même en solo. On ne réfléchit plus et on fonce voir ce classique immanquable. 

 

Actuellement au Théâtre des Variétés 

du mercredi au samedi à 20h30 et le dimanche à 17h. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :